Le hibou

Depuis des temps immémoriaux, le hibou est considéré au Japon comme un oiseau de bon augure apportant le bonheur. Cela vient du fait que « fukuro », qui veut dire hibou, est constitué de deux homonymes, « fuku », qui signifie vie facile, et « ro », évènement bénéfique à venir !

En Occident, le hibou aussi est symbole de connaissance, de perspicacité et d’érudition. Il est vénéré comme le dieu de la sagesse sous le nom de Minerve pour les Romains et d’Athéna chez les Grecs. Il est très recherché comme porte-bonheur, notamment en période d’examen.

Œuvre de l’artisan Yutaka Sato, ce stylo plume Empereur conjugue plusieurs techniques de Maki-é. C’est la technique du Rankaku de coquille d’œuf de caille) qui a servi à représenter les deux hiboux. L’un, perché sur un chêne japonais (« Quercus serrata »), corne le capuchon. L’autre, qui vole au-dessus des roseaux, décore le stylo. Pour leurs yeux, réputés pour leur vue perçante, la Raden (nacre) leur donne par sa brillance une présence Le chêne et les roseaux sont illustrés en Taka Maki-éee.

Le fond est traité en Togidashi Maki-é et comble de raffinement le haut du capuchon et sa bordure ainsi que l’intérieur du corps du stylo sont finement soupoudrés de poudre d’or.

Extrait du numéro 49 LE STYLOGRAPHE