Bambou 2


Cette plante vigoureuse, qui s'ancre si bien dans la terre, et monte si vite vers le ciel, a toujours fasciné les Hommes et provoqué un sentiment de force, de dignité et de beauté. Depuis les temps anciens où sa culture en Asie permettait de nombreux usages, le bambou est un symbole de moralité et de flexibilité ; l'image de ce géant, frémissant et se pliant au vent sans jamais rompre, est propice à la méditation, la paix et la tranquillité.

Le bambou est particulièrement célébré au Japon sous de multiples formes artistiques traditionnelles : picturales mais aussi à travers des chants " Waka ", et des " Haiku ", ces petits poèmes exprimant la beauté de la Nature et de l'intemporel.
L'artiste japonais, Mr Wataru Kurotobe, a choisi le célèbre " King of pens " de Sailor pour exprimer toute la force du " Chiku-Rin ". L'alliance de plusieurs techniques traditionnelles maki-e a donné naissance à ce décor épuré, d'un beau vert profond et proche de la tonalité des feuilles de bambou.

L'ensemble du stylo-plumea été préalablement recouvert de " Naka-nuri ", une couche intermédiaire qui reçoit, encore humide, une poudre de laque séchée et broyée ; c'est le " Kanshitsuko " Cela lui confère plus de solidité. Après avoir été poncée, elle a été recouverte de plusieurs couches de laque vert.
- Sur la dernière couche de laque vert, l'artiste a créé un premier dégradé, à la base du corps et du capuchon ; celui-ci semble évoquer le sol nourricier d'où s'élève le bambou. Les grattages successifs à la pierre à aiguiser ont donné de petites aspérités irrégulières, qui accrochent ensuite les fines particules de la poudre de charbon de bois, par un lustrage " Doh-suri ".
-Un dégradé subtil et léger en " Mijimgai-togi " part de la base du stylo jusqu'à sa mi-hauteur. Le Mijimgai est une poudre fine de nacre bleu-vert, en général extraite de l'ormeau (" awabi "), et qui donne un reflet iridescent discret. " Togi " est le travail de polissage de la couche de laque.
-Le bambou est délicatement évoqué en une tige fine et courbée, faite d'inclusions " aogai " dans la couche Naka-nuri de tous petits rectangles de nacre bleu-vert, légèrement décalés pour suggérer les " nœuds " réguliers du bambou. Ils ont été ensuite dégagés par un polissage " Togi ". " Aogai " fait partie de la technique " Raden ", un des piliers du maki-e, dont la spécialité est le découpage et l'inclusion d'éléments marins dans un décor. -Le traitement de la surface est plus satiné que brillant, comme un bambou au naturel ; pour cela, l'artiste a passé 3 fines couches de " ki-urushi ", laque naturelle transparente et purifiée. Elle reçoit ensuite le Roiro migaki , dont le but est d'obtenir une surface parfaitement lisse ; l'artiste polit la couche supérieure avec le " tonoko " (pâte à base de poudre de pierre-ponce) pour enlever la moindre rayure. La phase finale est un lustrage à la main avec de la poudre de charbon de bois de cerf " Tsunoko ".Le stylo-plume est numéroté à sa base avec une peinture urushi à l'or.

Sailor est heureux de vous faire découvrir cette superbe série limitée à 33 exemplaires au monde. Vous pourrez apprécier (et méditer peut-être…) ce symbole de nouveau départ dans la dignité, face à un monde de grandes mutations et d'incertitude.