Vous venez de choisir un beau stylo, et vous souhaitez qu’il le reste … Il ne s’agit pas ici de détailler le nettoyage de la plume et du conduit, pour lequel je vous recommande les conseils délivrés dans un autre article. Il m’a en revanche semblé utile de vous expliquer comment rendre à un stylo « ayant servi» son lustre de l’état neuf.

Premier commandement : si vous suivez les conseils distillés dans les deux chapitres (Du bon usage du stylo-plume) vous minimiserez les risques d’usure prématurée. Je ne vous ferai pas l’injure de vous rappeler que la méthode a plus efficace consiste à prendre le plus grand soin de votre stylo tout au long de son usage et de son stockage … Quoique ! Oui. Ça semble évident, mais quand il m’arrive d’examiner le stylo d’un ami, je constate souvent que les outrages subis sont nombreux. Les microrayures attestent du manque je soin dans l’usage et des contacts fréquents du stylo avec d’autres objets (clés au fond d’un sac, proximité avec un autre instrument d’écriture dans une trousse, etc.). Les traces de coups sur le corps et le capuchon révèlent les chocs sur l’arrête d’une table ou les chutes accidentelles parce que le stylo ans capuchon a roulé d’une surface qui n’était pas totalement plane. Il m’arrive de trouver d’évidentes traces de dents (humaines)… Amis rongeurs, évitez les stylos ! Certaines matières sont également promptes à se tacher parce qu’elles disposent de propriétés absorbantes (le bois et certains plastiques) … Ne laissez pas la tache d’encre ou graisse de doigts mal lavés imprégner ces matières !   Vous l’aurez compris, un peu de soin ne peut nuire.

Que faire lorsque votre stylo porte les stigmates visibles d’un usage intensif ? Selon la matière, les conseils varient…

En or, le stylo ne s’oxyde pas. Il se couvre volontiers de microrayures qu’un polissage délicat devrait réduire sensiblement. La polisseuse semble constituer le meilleur outil. Certaines pâtes à polir permettent d’obtenir de bons résultats manuellement, à condition de rincer à l’eau et au savon la surface traitée pour éviter un ternissement superficiel de l’or au bout de quelques semaines. Je vous recommande de tester la pâte sur une plume or d’un stylo plus modeste avant d’attaquer votre précieux modèle tout or 18 K …

S’il est en argent massif, les produits à couverts en argent (y compris sous forme de chiffons imprégnés) sont efficaces pour traquer l’oxydation. A rincer après traitement et à sécher ensuite l Pour les modèles plaqués or ou argent. Les soins sont les mêmes, mais on veillera à limiter la force du polissage. Car celui-ci peut conduire à l’abrasion de la fine pellicule d’or ou d’argent. Dans le cas de coups portés sur un stylo en métal. Seul un joaillier habile pourra tenter, tel un carrossier, de « sortir » les bosses.

En bois, vous éviterez les taches d’encre ou de graisse.  Soyez précautionneux et lavez-vous les mains avant usage ! Je déconseille la cire ou les produits pour bois divers : vos stylos sont souvent traités en usine et des réactions chimiques peuvent se produire. Si votre stylo est laqué Urushi, certains produits très légèrement polissant peuvent lui redonner du lustre, mais les résultats ne sont pas garantis et les conseils et le savoir-faire d’un professionnel sont irremplaçables. Sur un stylo en laque dite de Chine ou industrielle, les rayures ne sont pas rattrapables. Un nettoyage léger avec un chiffon doux imprégné d’un peu d’eau auditionnée de savon de Marseille suivi d’un rinçage et d’un séchage au papier absorbant ne peut pas nuire. S’agissant des stylos en celluloïd, je rappelle que les décolorations, fréquentes sur les modèles anciens, sont liées à une altération en profondeur de la matière et ne peuvent pas être compensées ou corrigées. Quel que soit le Produit utilisé. On évitera de les stocker à la lumière et on préférera un endroit ventilé et sec. Les stylos modernes en résine qui portent des microrayures seront rénovés par un polissage maîtrisé : attention aux polisseuses qui tournent trop vite, car elles brûlent la matière ! (Même danger pour le celluloïd, dont on rappelle qu’il est « très» inflammable). La plume en or ou en métal s’entretient à l’eau. Rincez abondamment votre stylo tous les mois et avant chaque remisage, et insistez sur la plume. Séchez avec un papier absorbant. Les dissolvants, alcools ou autres horreurs chimiques sont à proscrire totalement, de même que l’eau chaude. Evitez absolument l’eau de Javel : la plume n’y survivrait pas ! Souvenez-vous que l’eau froide ou tiède est le meilleur diluant de J’encre, à condition d’être patient. Les stylos peints (autres que les laques Urushi) ne devront faire l’objet d’aucun soin « agressif ». Seul un dépoussiérage est recommandé, sauf si une laque synthétique recouvre l’ensemble. Auquel cas un nettoyage prudent avec un peu d’eau savonneuse peut faire l’affaire. Les pas de vis encrassés, que ‘on rencontre souvent sur les stylos à capuchon vissant seront nettoyés avec une brosse à dent frottée dans du savon de Marseille ou, mieux, dans ne pâte dentifrice (il s’agit d’une veille recette préconisée par Parker pour son premier Duofold jaune. Enfin, si une cartouche fuit dans le corps, lavez celui-ci et la section à grande eau et séchez avec soin.   

Voilà quelques conseils très pratiques qui devraient redonner à vos merveilles un peu de lustre, mais n’oubliez pas de les soigner au quotidien ! Et, si vous souhaitez « agrandir votre troupeau »  II vous reste, armés de ces conseils, qu à vous rendre à notre boutique pour faire votre choix (éclairé) et vous doter d’un fidèle partenaire d’écriture !        

Extrait des plus beaux stylos du monde 2011 (LE STYLOGRAPHE) Article de Mr Jean BUCHSER

 

86149075